Sainte-Croix/Les Rasses veut devenir la capitale helvétique du snowscoot

Les « riders » glissent sur une sorte de BMX des neiges. « Il est possible très rapidement de se faire plaisir », souligne Olivier Chabloz du Team ASP (à gauche sur la photo). À essayer samedi et dimanche prochains aux Rasses. © A. Müller

Le snowscoot est un sport en développement. La région mise sur cette discipline pour attirer les regards et elle compte bien profiter du tremplin médiatique offert par les JOJ 2020 à Lausanne. À commencer samedi et dimanche prochains par deux journées de démonstrations et d’initiation.

Il flottera un parfum de Jeux olympiques de la Jeunesse l’année prochaine aux Rasses. En effet, Sainte-Croix/Les Rasses mise sur le snowscoot pour attirer l’attention sur la région et la station durant les deux semaines de compétition et même au-delà. « Nous sommes reconnus par les JOJ 2020 et pouvons profiter de leur marque pour notre promotion. Durant les jeux olympiques, le sport sera considéré comme un sport « Showcase ». Nous avons prévu d’inviter les écoles du cru, du canton mais aussi les athlètes olympiques à le découvrir durant les deux semaines de compétition », annonce Laurent Brovarone, président du Comité d’organisation. « Les 9 et 10 février prochains feront office de répétition générale pour janvier 2020 », ajoute-t-il.

Malgré les efforts des autorités de Sainte-Croix et Bullet, le Balcon du Jura vaudois n’aura pas l’honneur d’accueillir une discipline sportive durant les olympiades de la jeunesse l’année prochaine. « Nous étions intéressés par le biathlon », souligne Franklin Thévenaz, syndic de Sainte-Croix. « Le comité d’organisation a décidé de regrouper les disciplines notamment pour des soucis de mobilité mais aussi en essayant de profiter d’infrastructures existantes comme c’est le cas aux Tuffes (France), site choisi par les JOJ 2020 » ajoute-t-il.

Créer une fédération

Les autorités ne se sont pas découragées pour autant et ont cherché une autre solution. Ils ont alors pris contact avec Ian Logan, le directeur général des JOJ 2020 en lui faisant part de leur envie de présenter, dans le cadre des olympiades de la jeunesse, le snowscoot, un sport en plein développement. « Il a tout de suite été emballé », se réjouit Laurent Brovarone. Une réaction qui pousse le comité à avoir de la suite dans les idées. « Nous avons pour objectif de faire de la station la capitale suisse du snowscoot. Nous souhaitons également créer la fédération suisse de ce sport dont le siège serait ici à Sainte-Croix/Les Rasses », explique-t-il. Aucun agenda n’est encore à l’ordre du jour.  « Tout ce que je peux dire c’est que le chemin est encore long », sourit-il.

Le snowscoot a été créé en 1991. « Ce sport de niche est un mélange entre le BMX et le snowboard. Le snowscoot est composé d’un guidon et de deux planches. La première sous le guidon, l’autre sert à poser les pieds qui sont face à la descente contrairement au snowboard. Il est très facile d’accès », explique Alain Stoll, du Team ASP. Ce sport se décline en plusieurs disciplines comme le slopestyle, le scootcross, le slalom et le freestyle. Il compte toujours plus d’adeptes dans le monde entier. Des compétitions nationales et internationales sont organisées. Pourquoi pas rêver à la tenue d’une d’entre elles sur les pentes du Chasseron dans un proche avenir ? Affaire à suivre.

Organisation et soutiens locaux

Le budget pour l’organisation des animations de 2018, 2019 et 2020 s’élève à 80’000 francs. L’organisation des JOJ 2020 ne finance pas le projet, il est donc entièrement financé par des deniers régionaux. « Il est soutenu à hauteur de 25’000 francs par l’ADNV, le reste est à charge des communes de Sainte-Croix et Bullet réparti selon le nombre d’habitants », explique Franklin Thévenaz.

Le comité d’organisation est composé de Laurent Brovarone (président), Luca Grand-Guillaume-Perrenoud (coordinateur adjoint), les frères Guillaume et Nicolas Hauri ainsi que le Team ASP et Trottineige riders pour l’opérationnel, Vincent Herrmann (subsistance), Christophe Burgy (remontées mécaniques), Claire Badoux (communication) et Jordan Hertig (animations).

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*