Le Centre d’arts taoïstes opérationnel au printemps 2019

Judith Baumann (supervision de la partie diététique du Centre et membre du Conseil de Fondation), Sandra Mordasini (cheffe de projet au SPECo, Fabrice Jordan (président de la Fondation Ming Shan et initiateur du projet), Jean-Franco Paillard (syndic de Bullet)), Jean-Marc Buchillier (ADNV). © C.Carisey

Porté par les autorités bullatonnes, l’Association pour le développement économique du Nord vaudois (ADNV) et le Service de la promotion économique et du commerce (SPECo), le Centre d’arts taoïstes Ming Shan a enfin bouclé son financement de 5 millions. Le chantier qui a reçu ses premiers coups de pelles avant l’hiver pourra continuer sereinement après les fêtes de Pâques.

Fabrice Jordan, initiateur du projet et spécialiste FMH en médecine interne à Yverdon-les-Bains, est très heureux de pouvoir « enfin » communiquer au sujet de son projet. Pour rappel, Ming Shan avait reçu son permis de construire en février 2014 déjà. La mise à l’enquête n’avait souffert d’aucune opposition et avait pris tout le monde de court. « Il était important pour nous de garder une indépendance vis-à-vis des autorités chinoises et de trouver un financement entièrement suisse », relève Fabrice Jordan. Ce gage d’autonomie a pris du temps pour être concrétisé, mais c’est maintenant chose faite grâce à l’aide financière du Canton (voir encadré) et au soutien de l’ADNV et de la commune de Bullet.

Un Centre dédié à la culture chinoise et au bien-être des Occidentaux
Ce concept unique en Europe a conquis les milieux touristique et économique, en plus de son rôle prioritaire qui reste le bien-être de l’individu. « Ce sera un atout touristique par sa complémentarité avec ce qui existe déjà dans notre région », se réjouit le syndic bullaton, Jean-Franco Paillard, qui a adhéré au concept, dès les premières discussions de 2013. « Il faut savoir qu’il y a environ 100’000 à 200’000 patients en Suisse romande, qui sont demandeurs de soins issus de la médecine chinoise », confie Jean-Marc Buchillier de l’ADNV, « et ce chiffre ne tient pas compte des personnes fréquentant des structures non-reconnues », renchérit Fabrice Jordan. Le médecin yverdonnois voit, dans nos sociétés, une augmentation d’une population « une peu perdue », en quête de mieux-être et de ressourcement. La médecine occidentale traite un seul pan de la problématique à la fois, il n’existe pas de prise en charge médicale, spirituelle et diététique. C’est donc ce format, particulièrement novateur, qui sera proposé aux clients du Centre Ming Shan. « Le taoïsme propose un corpus d’enseignements permettant à l’Homme de se relier à son environnement et de retrouver ses rythmes propres. »

Pas un « ghetto » taoïste à Bullet
Le Centre se veut ouvert et laïque, dans ce sens une grande partie des activités sera dédiée à la découverte de la culture chinoise : formation, conférences, visites d’écoles, ateliers de calligraphie, de diététique, etc. Concernant la partie médicale, Ming Shan se positionne clairement comme un partenaire complémentaire de ce qui existe déjà dans notre région et pas un « concurrent ».

Une ouverture prévue au printemps 2019
Le bâtiment sera situé à la sortie du village de Bullet en direction des Cluds. Il comprendra trois salles de formation, un cabinet médical et centre de soins, une cafétéria, un dortoir et des chambres doubles, une boutique ainsi qu’une bibliothèque de type universitaire et une salle d’exposition multimédia.
Le fort soutien des divers milieux économique, touristique et médical laisse présager un bel avenir au Centre de référence taoïste Ming Shan qui ouvrira ses portes au printemps 2019, période de l’année où l’énergie est à son comble !

Financement et organisation de l’institution

Le projet se monte à 5 millions de francs, répartis de manière suivante :
- 1 million, fonds propres, partenaires privés
- 2 millions, prêt sans intérêt accordé selon la loi cantonale sur l’appui du développement économique (LADE)
- 2 millions, prêt bancaire

L’organe de gestion est la société Dao Shan SA présidée par Fabrice Jordan. Une Fondation a été créée au nom de Ming Shan, elle se chargera de la conceptualisation, planification, promotion et l’organisation des différentes activités. Son conseil de fondation compte 5 membres : Fabrice Jordan, (spécialiste FMH en médecine interne), Judith Baumann (animatrice d’ateliers de cuisine et cuisinière suisse de l’année 1998), Jean-Noël Beyler (collectionneur d’art contemporain), Dominique Blinder (animatrice culturelle) et Sarah Blanc (psychologue).

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*